On peut se séparer sans tout détruire...

Publié le 14 Mai 2012

combat

 

Nous vivons une histoire de famille dans tous ses états,  en ce moment dans la tension

Et paradoxalement toujours dans un même élan d’amour qui devient parfois agression

Vivre ensemble, avec tous les efforts que cela demande, nous ne savons pas concilier

La foule de petites rancœurs est plus infime que la vie elle-même, mais elle nous a minés

 

Le souffle de ces rancunes nous a emportés dans un tourbillon trop puissant pour nous

Maintenant nous sommes une famille déchirée, écartelée et dispersée aux quatre vents

Je suis impuissante face à cette situation qui malgré nous est devenue pesante pour tous

Une famille qui s’aime mais qui par pure fierté préfère ne pas dévoiler ses sentiments

 

Avant dans cette famille régnait la joie, aujourd’hui c'est le mal qui en est devenu roi
Par lui on s’est laissés dominer, allant jusqu’à se comporter comme des chiens enragés
Allant jusqu’à mordre celui qui ose s’approcher, on est sur la défensive, prêt à attaquer
Aucun de nous n'a souhaité ça
et chacun de nous, dans son coin, sombre dans le désarroi

 

Une famille anéantie, écartelée, ou parents et enfants se crachent mutuellement leur venin

Ne supportant plus d’être unie / désunie, décomposée / recomposée, aimée / pas aimée

Des parents qui se déchirent / s’aiment, s’engueulent / se rabibochent, sans trouver de fin

Une histoire d'amour savamment saccagée, une famille avec laquelle il faut composer

Il y a tant de problèmes cachés, tant de douleurs enfermées, tant de plaies dans les cœurs
Et derrière tout ça, des êtres qui tentent maladroitement de reconstruire leurs existences
Tiraillés entre leur envie d'être heureux et leur souci de ménager père, mère, ou sœur

Qui aiment et haïssent d'un même mouvement, et terriblement manquent de confiance

 

Je suis laminée mais lucide, complètement désemparée devant cette famille bouleversée

Une mère au sempiternel amour étouffant, mais ô combien protecteur et tant rassurant

Un père dont le comportement vire à la caricature, mais en est-il seulement conscient

Deux adultes qui se comportent comme des gamins, alors qu'ils ont des enfants à aimer

 

Le vent hurle de plus belle dans nos vies, nos quatre âmes par les flammes sont embrasées

Et quand l'ouragan aura fini son passage, nous découvrirons tristement, des cœurs calcinés

Nous sommes tous les quatre sur une rivière de larmes, nous en sommes les naufragés
Tous tiraillés, avec dans le cœur des profondes cicatrices qui à jamais resteront gravées

Pour reprendre la lutte et pouvoir nous retrouver, nous allons devoir, meurtris, nous replier

Seul le temps atténuera et apportera une consolation dont il faudra apprendre à se contenter

Personne n'a souhaité en arriver là, battons-nous pour  que la vie ne soit plus comme ça

Le chemin vers le bonheur n'est pas compliqué, il faut oublier son ego, pardonner, et voilà

Nous ne pouvons revenir dans le passé, mais nous nous devons de tout recommencer
Nous devons faire cesser la tempête pour à nouveau pouvoir être tous les quatre réunis
Certes les douleurs subies ne partiront pas, mais peu à peu les joies feront leur entrée

Nous adultes devons freiner nos rancœurs, nos enfants ne méritent pas cette barbarie

 

Une famille doit être une harmonie de cœurs et non un champ de haines

Arrêtons ces querelles pour faire briller à nouveau le soleil et ramener la paix

 

Les enfants commencent par aimer leurs parents.

Devenus grand, ils les jugent. Quelquefois, ils leur pardonnent

Oscar Wilde

 

Rédigé par la rage au coeur

Publié dans #Mari - époux - amour

Commenter cet article

stéphanie 14/05/2012 19:33

Tu as raison d'essayer de faire en sorte que vous puissiez vous retrouver lors des anniversaires, des fêtes ou autres occasions. C'est tout à ton honneur mon amie de vouloir "pardonner,
réparer".Belle humanité dans ce contexte de chagrin. Chacun fait son chemin, mais se voir avec les enfants est méga hyper important pour eux. Bravo pour ta compassion. Donne signe de vie SVP

la rage au coeur 17/05/2012 08:28



Tu as bien compris, juste aux fêtes importantes... mais laisse tomber, la haine chez certaine personne est plus forte que la raison. Notre famille a explosée, il va falloir mettre des
sparadraps. Combien de temps tiendront ils ? Je laisse faire le temps : à trop vouloir bien faire on fait mal ! Passe une bonne journée Stéphanie



JC 14/05/2012 14:11

Je te le souhaite, retrouver enfin une paix et vivre le mieux possible la séparation. Mais il faut être plusieurs à le vouloir ?! toi seule ne réparera rien et tes enfants continueront à souffrir,
tiraillés. Ecoute ton coeur, il trouve toujours la solution à nos malheurs, ESSAYE POUR TOI ! Je t'adore et suis là

Proche 14/05/2012 13:30

Laisse faire le temps, écoute ton coeur, suis ton instinct, écoute et vois les signes ! Trop sensible aux souffrances des autres : et si tu écoutais un peu les tiennes ??? Je suis là si besoin

Isabelle 14/05/2012 12:31

Je t'en supplie arrête,tu es vraiment trop gentille, ton coeur est franchement trop grand. arrête de pardonner et commence à penser à toi. Essaye, JUSTE UNE FOIS ! Je suis à tes côtés ma douce
amie.