Enfin libérée de mes chaînes

Publié le 23 Avril 2012

imagesCA48KYLF.jpg

 

Vous êtes-vous déjà senti tellement blessée que vous pensiez ne jamais vous en remettre ?
Rester bloquer sur ses souffrances cause de sacrés dégâts dans notre vie. Lorsqu’on s’accroche au passé on ne peut plus avancer. Laisser filer son passé nécessite de gros effort et une sacrée remise en question personnelle.

Se poser les bonnes questions :

Comment en suis-je arrivée là ?

Qu’est-ce-qui me retient dans le passé ?

Qu’est-ce qui m’empêche d’avancer ? Pourquoi ?

 

Les réponses arrivent seules :

Une course folle et débile à l’amour.

J’ai été trahie et  on a détruit la confiance que j’avais en l’autre.

On a abusé de ma gentillesse, on a exploité mes valeurs.

On a puisé dans mes sentiments jusqu’à épuisement.

On m’a illusionnée en profitant de ma crédulité.

 

Agir, prendre les bonnes décisions :

J’ai pris mon courage à deux mains, repris contact avec les personnes concernées (sauf une), expliqué mon ressentit. Je n’ai pas besoin d’excuses, ce n’est pas important à mes yeux. Simplement en m’exprimant j’ai mis un point final à des situations blessantes. Ces cicatrices qui étaient à vif, se sont refermées pour certaines, pour d’autres elles sont en train d’être soignées.

 

J’ai pu leur dire ce que j’avais ressenti au plus profond de moi. J’ai pu exprimer les sentiments de colère que j’avais eue lors de ces situations, la frustration par rapport aux mensonges qu’on m’a dits, la détresse face à la manipulation. Mes émotions retenues tout ce temps ont pu sortir de façon constructive et j’ai été agréablement surprise de ma sensation de bien-être après coup. De leur côté ils  m’ont exprimé leur désolation et reconnus  leurs erreurs, mais aussi expliquer les raisons de leurs actes et les responsables. Ils sont maintenant à mes côtés et nous dégustons les petits plaisirs de la vie tous ensemble. Nous avons pris la ferme résolution de nous dire ce que nous ressentons sur l’instant présent, de ne plus nous laissons induire en erreur par des personnes malveillantes,  pour ne plus jamais nous perdre de vue.

 

J’ai cru que pardonner et oublier était plus facile à dire qu’à faire. En fait non ! Je me force à laisser les choses du passé là où elles sont,  je leurs refuse formellement d’affecter mon présent en les mettant dans une petite boite de mon cerveau, cadenassée à double tour. Et, chose merveilleuse, j’avance plus paisiblement, sereine, confiante.


Je ne peux pas changer ni effacer le passé, mais je peux l’accepter et avancer malgré tout. Depuis que j’ai compris et affronté cela, l’avenir me semble plus lumineux. J’ai enfin repris le contrôle de ma vie et je me sens bien dans mes baskets.

 

Conséquences magnifiques sur ma vie suite à cette remise en question :

F Je me laisse guider par mon intuition personnelle et n’agis plus sous le conditionnement des gens ni

    du passé.

F J’ai un manque total d'intérêt pour juger les autres et me désintéresse complètement de tout  ce qui

    engendre  des conflits.

F J’ai une perte complète de la capacité à me faire du souci

F Le plaisir d'apprécier les choses et les êtres tels qu'ils sont est constant
F
J’ai de violentes attaques répétées de sourires ce qui me donne le doux sentiment d'exister
F Mon esprit d'enfant a refait surface et il est à nouveau ouvert à la simplicité, aux rires et à la gaieté

F J’arrive à faire un détour pour éviter les personnes qui vivent dans l’hypocrisie, les conflits et le

    conformisme, qui usent de chiqués et de tartuferies. Je m’interdis formellement  tout contact avec

    les gens présentant ces symptômes.

 

J’espère que mon état est irréversible et que ma maladie du bonheur est contagieuse.  Plus d’esprits belliqueux dans mon entourage, mais des gens fidèles, simples et sincères pour fêter la vie. Un cercle de partage où se produisent de sacrées crises collectives de fou rire.

 

  Voici des proverbes espagnols que j’aime :

 

L'homme sage tente tout avant de recourir aux armes.

  Ce n'est pas la trempe des armes, mais celle du cœur qui donne la victoire.

  Pleure s'il le faut pour apprendre…. plus tard tu riras.

Rédigé par la rage au coeur

Publié dans #Espoir

Commenter cet article

Isabelle 23/04/2012 19:41

Ah en voilà une bonne nouvelle... Reviens -moi entière, avec ton humour, ta gaieté, ta joie de vivre... J'attends depuis trop longtemps que tu reviennes foutre la pagaille dans ma vie ! Plus de
soupe à la grimace, que du potage de rire... Tendresse amitié amour

la rage au coeur 24/04/2012 07:24



Tu es vraiment terrible toi ! Je vais étudier la chose de très près, promis. Bisous



JC 23/04/2012 19:00

Je prends toujours autant de plaisir à te lire. Nous sommes tous avec toi et pour ce qui est des soirées fous rires, prévue quand la prochaine ? Tu es un vrai bol d'air. Bisous bisous bisous

PROCHE 23/04/2012 16:28

Merci de nous avoir donné la possibilité de nous exprimer, de t'expliquer. aujourd'hui on est à nouveau réunis pour notre plus grande joie. Et ceux qui étaient à l'origine du mal écartés ! Youpi
bisous