Brisez le silence !

Publié le 12 Juin 2012

imagesCA4WWFZK

 

A l’appelle de l’Association,  j’apporte ma petite pierre pour qu'enfin cesse ces actes malsains…

Le "il" nommera toutes ces personnes avec ce problème récurent d'égo.

 

Une union d’ ¼ de siècle : chaque jour, sans s’en rendre compte, j’efface la veille, les disputes et les reproches afin de trouver l’énergie pour vivre le lendemain, garder la foi qui m’anime. Je me persuade que c’est une vie normale, que tous les couples vivent des relations houleuses et imparfaites. Je me rassure en me disant que le bonheur comme constante de vie, est une utopie.

 

A force de compassion et de patience, je voulais faire comprendre, que malgré toutes ces mises à l’épreuve, je serais toujours là. Je n’ai pas compris que ce programme, certes vertueux, était bien naïf et carrément virtuel ! Parce que pour moi l’amour c’est la tolérance et le respect de l’autre,  j’acceptais simplement. J’ai juste oublié que j’existais aussi et qu'un peu de réciprocité serait plus qu’équitable.  Et voilà comment on sombre dans le piège, comment seule on se noie dans la vase ! Cette foutue espérance de croire qu’on peut sauver et sécuriser les relations affectives au sein de sa famille : totalement illusoire ?!

 

Tout y passe : se remettre en question, se changer face aux reproches, se rectifier face aux critiques, avaler des mensonges aussi grands que des couleuvres pour apaiser, dédramatiser les situations pour apporter le calme, se convaincre qu’il n’est pas conscient de la portée des mots prononcés, et toujours se marteler l’esprit pour comprendre, puis se résigner à oublier au plus vite et surtout ne jamais garder de rancœur. Je ne me rendais pas compte que tous ces maux se graveraient dans ma chair et me consumeraient à petit feu. Car il faut comprendre que j’étais dans la quête constante et épuisante des raisons de MES failles, celles qui m’interdisaient l’accès au bonheur de l’autre alors qu’en fait ce n’était pas mes failles. Culpabilisation très mal placée, mais à ce moment précis, j’étais aveugle, sous l’emprise.

 

Certaines personnes voudraient que je le cache, le nie, mais cela laisserait entendre que la honte a pris le dessus. Elles souhaiteraient que j’enfouisse le passé, mais il me serait impossible de creuser un trou assez grand pour contenir toute la méchanceté. De plus, cela ne sert à rien de l’enfouir, au contraire, il faut en tirer des leçons de vie et avancer avec.

 

Aujourd’hui, je n’ai plus honte de raconter que j’ai vécu cela, j’ai fini par réaliser et accepter que je sois une victime et je peux vous assurer que le cheminement pour arriver à ça est très très douloureux. J’ai trouvé les réponses à mes questions pour arriver à comprendre. Comprendre que l’acharnement et la violence ne s’adressait pas à moi, que je n’étais pas ce qu’il décrivait, dénigrait et vomissait. J’étais la proie idéale à dépecer de ses valeurs, convictions, honnêteté, et idéal de vie. Je me suis totalement effacée jusqu’à en devenir transparente, à en oublier tous mes désirs et mes rêves !

 

Aujourd’hui, je suis de retour à la civilisation ! Je réapprends à communiquer, j’apprends à dire NON, je fixe des limites. Les limites de l’acceptable avaient été poussées très loin, et face à la réalité faussée, il me faut me réapproprier  la réalité et pour cela reprendre confiance : c’est dur et long.  En fait j’ai l’impression de m’être réveillée après un tremblement de terre et de constater abasourdie que : mon corps est blessé,  la famille dévastée, la confiance en l’autre fissurée, les relations sociales et amicales anéanties...

 

Attention, je ne cherche nullement la compassion « Pauvre petite victime » NON  et je ne me sens pas persécutée non plus. Malheureusement cette réalité comportementale chez certaines personnes existe belle et bien, elle est destructrice, dévastatrice.  Etre  « victime » est un terme difficile à entendre pour moi, un mot terrifiant : mais nécessaire car il m’autorise à baisser ma garde pour être enfin entendue,  reconnue, et sécurisée. Voyez-vous rien que d’écrire ce mot « Victime » provoque au creux de mon ventre un nœud et ma gorge se serre.

 

-       Même si en parler réactive violemment ce passé, c’est un passage nécessaire pour dénoncer ces comportements machiavéliques qui laissent des bleus à l’âme et un cœur délabré.

-       Même si je sais que ces diables sont forts au point d’arriver à se faire plaindre et se faire passer pour LA victime

-       Même si je suis consciente que les gens vont me dirent que je me sens persécutée

-       Même si on va me dire qu’avec mon caractère de battante c’est presque incroyable

-       Même si on essayera de me faire croire que la victime c’est l’autre

-       Même si je reconnais que dans un couple il y a toujours une responsabilité des deux, mais à différents niveaux

-       Même si je réalise qu’en décidant d’en parler je risque de perdre certaines personnes chères à mon cœur qui pourraient en avoir honte

-       Même si je constate que certaines personnes proches me diront que j’ai changée, alors que j’apprends simplement à dire NON

-       Même si je dois perdre certaines personnes, c’est qu’elles ne m’aimaient pas et qu’elles préfèrent rester aveugles elles aussi (je ne critique pas et j’accepte leur choix)

-       Même si je vais entendre « c’est ta version » (bien entendu entièrement d’accord- mais c’est aussi l’unique version de l’autre côté)

-       Même si ceux qui ont vécus les choses avec moi en direct, qui m’avaient dit de réagir et de ne pas me laisser faire, subitement changent leur fusils d’épaule

-       Même si je sais que la reconnaissance de cette souffrance n’arrivera peut-être jamais

-       Même si l’affirmation sera faite  haut et fort que je suis folle, matérialiste, hystérique, calculatrice... et tous les autres noms charmants qui m’ont été colportés (c’est juste pour se faire plaindre, se rassurer et se pardonner d’avoir réagi avec tant de médiocrité !)

-       Même si la justice n’est pas encore au point pour punir ces nouveaux délinquants

-       Même si la police n’est pas encore assez formée pour venir en aide et surtout comprendre ces dérives toxiques

-       Même si de toute manière il réussirait à manipuler police, psy, juge... très fort en persuasion, sourire d'angelot

-       Même si… même si… même si….

        

Je m’oblige à tenir debout, je me force à dire NON à la manipulation, Oui je suis une victime et j’assume complètement de sortir du silence. Je n’en veux à personne, même pas à celui qui. C’est simplement la vie…

 

Tout à reconstruire sur des failles énormes, des blessures béantes et l’impossibilité d’effacer le mal causé autour de nous. C’est difficile et éprouvant quand on a une conscience et un cœur.  Mais tous les matins je continue à ouvrir mes fenêtres pour aérer et laisser  entrer l’air qui sent bon la liberté. 

 

Pour l’heure, je contribue à mon petit niveau, par mon témoignage, à briser le silence et rappeler ainsi que   «  Non, la Loi, ce n’est pas eux! ». J’invite moi aussi toutes les personnes qui subissent ou qui ont subi ces agissements, que ce soit femme ou homme, à sortir de leur silence.

 

Le silence tue !

 

A vous mes ami(e)s, à qui je n’ai jamais rien raconté de tout cela et qui allez être surpris par cette lecture, je demande de ne pas juger et de ne pas laisser de commentaires engagés. Vivre en couple c’est difficile : chacun de nous a un passé personnel, un présent commun. Il n’est pas évident de concilier les 2 ! Donc ni pitié pour moi, ni jugements pour une personne que vous ne connaissez pas, pour ceux qui connaissent abstinence de commentaire.. Bisous la troupe.

 

 

<a href="http://www.refdirect.fr/" target="_blank">test positionnement google</a> - <a href="http://www.djoriental.co/" target="_blank">dj pour mariage algerien</a> - <a href="http://www.dagur58.fr/" target="_blank">ésotérisme</a> - <a href="http://www.robe-dubai.fr/" target="_blank">abaya papillon</a>

 

Rédigé par la rage au coeur

Publié dans #Colère - rage - violence

Commenter cet article

Joëlle 26/11/2012 07:11

Le témoignage de Philippe me fait doucement rigoler, un manipulateur qui se fait soigner hi hi hi, ce qui les dérangent est de se retrouver seul. En général l'entourage leur tourne le dos car
lorsque la compagne ou le compagnon part, aussitôt la vérité éclate. Ce genre de personnage n'aime pas être jugé, paraitre quelqu'un de bien aux yeux des autres est leur seul préoccupation. Chassez
le naturel il revient au galop.

La cafetière fumante 24/11/2012 14:56

J'ai beaucoup de mal à lire vos écrits ayant vécu avec un pervers. Oui le silence tue, nous voulons préserver nos enfants et nous avons tort, on s'en prends plein la figure on meurt de l'intérieur.
Difficile pour moi de vous lire, sans doute parce que j'ai tourner le dos à mon passé, les souvenirs ne sont plus douloureux au bout de 7 ans, (sachant que les problèmes ne sont pas complètement
résolus...) vos écrits ravivent les mauvais souvenirs.

wendy 08/09/2012 13:35

les hommes violents détruisent des vies sur leur passage et on en sort pas indemne.1 an après tout ça je suis encore brisée et supporte au quotidien les séquelles de la violence conjugale.Tout ce
que j'ai vécu me fait encore énormément souffrir.Je me reconnais dans ton histoire comme toutes les femmes battues!Je réapprend à vivre mais difficilement.Mon coeur a été brisé et je ne peux
oublier.Merci pour la création de ce blog et je ne souhaite qu'une chose c'est que ça aide les femmes qui vivent encore l'enfer au quotidien.Je ne supporte pas de savoir qu'elles continuent à vivre
cette horreur.Bon courage pour la suite et vraiment bravo!

incognito 13/06/2012 21:43

c'est des vampires affectifs FUYEZ VITE ET TRES LOIN
Pardon de ne pas m'identifier mais j'ai peur...

la rage au coeur 14/06/2012 10:56



bonjour, oui le mot est fort mais juste ! bonne journée



thibaut 13/06/2012 17:30

bonjour, j'ai vu ma mère détruite moralement, physiquement affaiblie, par un mari (en l'occurence celui qui m'a conçu)PN. J'en fait encore des cauchemars aujourd'hui ! Les enfants ont tendance à
vouloir fermer les yeux de peur de perdre ou l'un ou l'autre. J'ai presque perdu ma maman et là ça à fait tilt, mes yeux se sont ouverts et tout m'a peté à la g... Si vous saviez comme je regrette
de ne pas avoir dit stop à mon père... Maman me pardonnera t elle un jour de ne pas l'avoir défendu ? Ne restez pas sans réagir je vous en prie....

la rage au coeur 14/06/2012 10:55



bonjour Thibaut


le plus important c'est d'avoir compris un jour et d'avoir soutenu votre maman. Le reste est derrière vous... bravo