A toi l'homme de ma vie : PAPA

Publié le 14 Mai 2012

colombe1

 

Les vrais héros ne meurent pas sur les champs de bataille
Et quand ils partent, on a très mal au fond de nos entrailles

Drapée derrière un capuchon, la mort t’a tendue la main
Dans ce bras tendu, tu y as vu la fin de la souffrance enfin
La mort n'a pas attendue que tu lui donnes ton consentement
Elle t’a libérer de tes chaînes et prit ton âme tout simplement

La mort est pour toi une délivrance, le combat était perdu d'avance

Tu as tout donné durant des mois, mais tu es resté à terre cette fois
Tu me parlais de la mort, tu l'entendais se rapprocher lentement
Elle était là à guetter le moindre de tes pas et de tes mouvements

Je n'ai pas pu te dire « je t’aime » avant ton départ, c’est fini

Tel un oiseau devant la porte entrouverte, hâtivement tu es parti

 

Voilà, tu es enfin libéré de ton poids, tu as fini de porter ta croix

Terriblement sentiment d’impuissance, pas pu donner mon choix

Je me sens si vulnérable sans la lumière du phare qui éclairait ma vie
Ce coup de téléphone a glacé mon sang, le trou noir, un vide infini

Maintenant démarre une autre vie pour toi, parmi les anges du paradis

Tu as rejoint la lumière, la paix, le pays d’où personne ne revient ici

 

Je t’ai serré dans mes bras en te suppliant de revenir à côté de moi

J’ai couvert ton visage de baisers pour te dire réveille-toi juste une fois

Je t’ai fixé longuement en espérant voir ta poitrine à nouveau respirer

Mais tu n’as pas réagi, et très vite mes espoirs se sont tous éloignés

Je dois accepter, tu n’es plus qu’un esprit dans une enveloppe charnelle

Je dois accepter que ton âme s’en soit allée ailleurs vers une vie nouvelle

 

Le lien si fort qui nous unit n'est pas coupé, tu es de toutes mes pensées
Juste hors de ma vie, mais pas si loin du tout, juste dans la pièce à côté

Tu m’as fait promettre des choses que malgré moi je ne pourrais tenir

Pourtant je me suis battu pour, au point d’en perdre une partie de moi

Malheureusement cela ne suffira pas, je t’en prie pardonne-moi de faillir

Dans mon cœur tu resteras jusqu’au jour où l’on se retrouvera sous ton toit

 

MON AMOUR NE S’EFFACERA JAMAIS !



 

La mort est le commencement de l'immortalité.

Maximilien Robespierre

 

Rédigé par la rage au coeur

Publié dans #Mort

Commenter cet article

Adrien 14/05/2012 21:51

La nuit n'est jamais complète. Il y a toujours au bout du chagrin une fenêtre éclairée.Une main tendue, une main ouverte, des yeux attentifs, une vie.. LA VIE A PARTAGER
De Paul Eluard
Pour toi jolie poète, pour soulager un peu ta peine

stéphanie 14/05/2012 19:23

Nous n'arrivons pas à te joindre depuis 2 jours ?! Sommes inquiets... Fais nous coucou,sms,n'importe comment, mais donnes signe de vie à l'un de nous. Nous t'aimons tous très fort et aimerions
t'apporter notre amitié pour t'aider à avancer. Bisous bisous bisous

Romeo 14/05/2012 19:16

Bonsoir belle plume
Si tu aimes une fleur qui se trouve sur une étoile, c'est doux la nuit de pouvoir regarder le ciel !
"Citation du Petit Prince de St Exupéry"
Dont vous êtes fidèle lectrice
Puissent les mots adoucir vos maux : courage.

Joelle 14/05/2012 17:35

Ma puce, je viens de rentrer de WE et Adrien m'avait laissé un message pour demander à ce que tout le monde te vienne en soutien. Ma tendre amie que faire, que dire ? Répond au téléphone SVP Je
t'enlace très fort et serais à tes côtés. Gros calins mon amie

Nous 2 14/05/2012 16:10

Anabel on est tous les 2 avec toi, que te dire de plus que hier sinon qu'on t'aime et qu'on est à tes côtés. Tendresse affection amitié Si tu as besoin de quoi que cela soit on est là. Ton papa
serait fier de ce que tu fais pour lui, pour ta maman. On t'aime