Publié le 21 Octobre 2014

Je pense souvent à toi papa, tu t’en est allé si soudainement

Je voudrais reculer dans le temps et t’enserrer fortement

Le choix ne m’a pas été donné, j’ai du accepter la fatalité

Ton heure était venue, tu devais vers le ciel t’envoler

 

Tu me manques mon papa, c'est terriblement affreux

Parfois je me surprends à croire que tu vas revenir

Sans m'en rendre compte je me fais souffrir

Je dois me ressaisir, ne pas y penser serait mieux

 

J’aimerai mon papounet t’avoir à mes côtés

Juste un instant pour pouvoir te toucher

Entendre tes conseils, à nouveau te parler

Rien qu'un instant, te laisser me rassurer

 

Je me suis embarquée sur l'océan de la vie

Sans mon phare pour me guider, car tu es parti

La houle est violente, je ne peux me reposer

Papa, la vie ici bas est bien compliquée

 

Pour affronter les vents et les marées

J’avance sur le chemin de l’humilité

Tu m’as enseigné la droiture, la bonté

J’utilise tout mais surtout l’honnêteté

 

Tu sais papa le ciel bleu à changé

Les oiseaux ont arrêté de chanter

De notre temps, la vie n’est plus la vie

Les gens ne sourient plus aujourd’hui

 

Je marche comme un funambule sur le fil de la vie

Je ne peux tomber car ta main toujours me saisie

Tu m’as tracé le chemin : il s’appelle modestie

Je le suis doucement avec pas mal d’acrobaties

 

Parfois le soir je scrute les divines étoiles

Espérant que ta voix souffle dans ma voile

Je suis persuadée que de la haut tu me vois

Tu es mon Séraphin, tu prends soin de moi

 

Je me rappelle de tes mots, j’ai enfin compris

Tu me disais et répétais qu’il faut continuer

Que pour vivre sur terre aujourd’hui

Il ne faut pas se laisser détruire par le passé

 

Mais sans toi c’est difficile… Tu me manques PAPA
 

Voir les commentaires

Rédigé par la rage au coeur

Publié dans #Papa - maman

Publié le 17 Octobre 2014

L'hyper-narcissique

Par son impudence et son toupet incroyable il fait voir noir et rire jaune. Le narcissique est perché et regarde le monde du haut de son Olympe, se permettant de prendre toutes les libertés.

Il est convaincu de son mérite et de sa supériorité, à quoi il associe la conviction qu'il n'a pas à suivre les mêmes règles et contraintes que nous pauvres mortels.

Jamais il n'expose ses doutes en public et il lui est impossible de procéder à la moindre autocritique.

Il excelle au jeu de l'égo et arrive a en faire un art, à son sens bien entendu ! Il veut qu'on l'admire et qu'on l'aime, et ne peut se passer du désir d'autrui.

Le narcissique aime faire sensation, il envahit, il attire les regards. Rien ne le ravit plus que faire parler de lui. Il exhibe son dernier IPhone, sa voiture hors de prix et va même jusqu'à exhiber ses enfants ! Il faut qu'il brille en permanence.

C'est une personnalité hyper-toxique !

Il a de lui-même une vision sans limites, ne connaît pas l'empathie et se trouve dans un combat perpétuel. Quand on vit à côté d'un hyper-narcissique, on est tantôt admirer, tantôt humilier, très souvent l'injustice règne. On est sous une emprise terrible de l'affect. Cela a sur nous un effet corrosif, abrasif pouvant mener à la dépression voir au suicide.

Il met en place une stratégie pour nous blesser, nous dominer. Après la phase de séduction il fini par nous disqualifier pour nous réduire à néant. Pour le narcissique, la vie se limite à cette unique alternative : tuer ou être tué. Il vit donc sous une pression interne constante, motivante pour lui, épuisante pour nous.

Le pire de tous est le l'hyper-narcissique manipulateur. Super méga dangereux, il ne recule devant rien pour arriver à ses fins. Il instrumentalise ses proches qui ne sont à ses yeux qu'un outil, un tremplin pour arriver à sa seule et unique réussite.

Ce dernier, en générale très intelligent, n'hésite pas à user de sa facilité à séduire pour assurer une totale emprise sur ses proches.

L'hyper-narcissique quel qu'il soit est mortel pour autrui !!!

Voir les commentaires

Publié le 10 Octobre 2014

L’hypocrisie, est l’art de s’attribuer des vertus et des opinions qui ne sont pas les nôtres. C'est déguiser notre nature ou nos sentiments. C'est une tare majeure à mon sens car elle fausse gravement les rapports humains, jusqu'à les rendre totalement illisibles.

L’hypocrisie est le pire de tous les vices : le plus méchant, le plus traitre de par le fait qu’il laisse croire alors même que la personne s'en fiche totalement.

L'hypocrite affiche faussement des sentiments, des opinions, une conduite, qui ne sont nullement sincères, dans le seul et unique but de faire croire à la noblesse de ses valeurs. L’hypocrite est prétentieux et méprisant et ne possède aucune valeur !

Un peu de culture… Etymologie du mot hypocrite : comédien, imitateur !!

Il est à noter qu’un abus d’hypocrisie développe la schizophrénie : une disjonction plus ou moins permanente et profonde entre les actes et la pensée. Chez le schizophrène, la pensée sert à se rassurer de ses actes contradictoires : l'hypocrisie permet de survivre contre sa volonté en produisant entre autres de l'ignorance.

Il faut du courage pour dire ouvertement tout ce que nous pensons. Encore plus pour faire preuve de sincérité et garder une cohérence entre nos pensées et nos paroles. Il faut être sincère et défendre nos valeurs, tout en respectant les autres. Il faut réussir à exprimer librement nos pensées, assumer notre propre personne en toujours gardant une oreille pour écouter l’autre.

J'essaye de ne pas être hypocrite ni commère, de considérer chaque personne et non d’en faire une généralité, de dire les choses avec respect. Il ne faut jamais oublier que deux opinions différentes peuvent très bien être aussi valables l'une que l'autre ! La bienveillance nait directement de l'intelligence du cœur…

L'hypocrisie est déplorable. C'est l'arme des lâches. Battez vous contre ça !

Voir les commentaires

Rédigé par la rage au coeur

Publié le 1 Octobre 2014

Comment reprendre une vie après avoir été vidée de sa joie, de son amour, de sa force vitale par une personne simulant si fort amour et compassion et qui se transforme peu à peu en Lucifer ?

RAPPEL :

Il faut savoir que les manipulateurs pervers sont des malades psychotiques qui ont bloqué l’accès de ce qui les relie à l’humain : la pensée et le sentiment. Il n’en reste que des carapaces d’êtres, vides de tout ce qui illumine et donne un sens à la vie.

Volontairement, ils se « déshumanisent » et deviennent des monstres avec pour seul objectif de se nourrir de l’autre, puis détruire sa victime invisiblement et en jouir.

Sous l’apparence humaine, ils essayent de faire face à leur vide, à cette impossibilité irréversible de vivre et de ressentir la moindre émotion.

Des êtres insensibles, alors que nous humains ressentons des sentiments, des émotions. C’est notre vitalité, notre sensibilité, nos valeurs et nos connaissances qu’ils tentent par tous moyens de s’approprier.

Nous lui apportons énormément, mais malheureusement ce n’est jamais assez ! N’étant jamais contents, les pervers narcissiques sont toujours en position de « pauvre victime », et nous toujours tenue pour responsable. Rejeter la faute sur l’autre, médire de lui en le faisant passer pour mauvais permet non seulement de se défouler, mais aussi de se blanchir.

Ce trouble tient à la fois du narcissisme et de la psychopathie !! Egocentrisme, haine et agressivité, mensonge, extraversion, orgueil, sadisme, paranoïa, mesquinerie… sont autant de mots qui leurs collent comme une seconde peau.

Et voilà !! On est noyée par la méchanceté et les attaques de notre manipulateur qui fait désormais partie intégrante de notre vie. L’espoir d’un changement définitif disparaît au fil des mois, mais on continue à y croire. On comprend que cette relation nous détruit à petit feu, et que nos efforts pour sauvegarder le couple sont vains. Assommée par la culpabilité, on ne parvient pas à trouver la force de quitter définitivement ce monstre….

On essaye de lui parler de notre ressenti parce que dans un couple il faut communiquer. Il reste stoïque, ne bouge pas, aucune émotion. Sauf quand le pervers nous voit pleurer, dans ses yeux une forme de sadisme… et pourtant on retourne dans la gueule du loup.

Un véritable assassinat déguisé… A ce stade, on n’est plus rien : juste une ombre de nous même !!

Puis vient la séparation, enfin, mais douloureuse. Et le second acte du rôle de ce monstre : nous détruire une deuxième fois !!

Il monte un réseau contre nous : ragots, médisances… Il va inventer des histoires hallucinantes autour de nous pour que nous devenions la personne honni : tout ce qui pourra nuire à notre réputation est utilisé.

S’ensuivent les menaces : je vais briser ta carrière, quand j’en aurais fini avec toi tu seras une serpillière sur laquelle j’essuierais mes pieds, je vais te ruiner, même ta culotte sera à moi, tes enfants tu peux les oublier, tu es folle, tu veux la guerre tu auras le 3ème mondiale…. Et j’en passe !!

Lors du divorce, il continue par son emprise à nous “anesthésier”, à nous “paralyser”, nous coupant toute possibilité de réaction. Le manipulateur est un excellent comédien qui abuse tout le monde, aussi bien policiers que juges, usant effrontément de mensonges, se faisant passer pour la victime. Son comportement fait froid dans le dos, d’autant qu’à l’extérieur de la famille, il est considéré comme charmant, plein de sollicitude, gentil, très courtois, calme, pondéré !

Le choc qui fait suite à la rupture est terrible. C’est un cancer qui continue à nous détruire petit à petit. Ce monstre s’est introduis dans notre cerveau comme un virus de destruction massive qui lâche en toute impunité son venin mortel.

Lorsqu’on se rend compte du côté destructeur et de la haine viscérale que cet homme nous manifeste, on comprend que pour sauver sa peau et éviter l'assassinat psychique, on doit l’affronter.

La prise de conscience :

Cette culpabilité, tant sollicitée par notre manipulateur lors de la relation, ne s’envolera pas du jour au lendemain. Elle continuera à nous tourmenter et on se sentira toujours responsable du tournant qu’a pris le couple. Cette culpabilité disparaîtra progressivement, mais occasionne des souffrances difficilement surmontables.

On dépense une énergie considérable à ressasser cette relation. En plus de se remettre en question, on arrive à cerner la véritable personnalité de notre manipulateur, identifier précisément le piège dans lequel on est tombée. On prend conscience qu’on a été salie, abusée et humiliée : qu’on est une VICTIME. Cette constatation signe la fin d’une culpabilité qui nous rongeait.

On réapprend à s’écouter et surtout à se respecter. On écoute ses désirs et on s’accorde à nouveau du temps pour les satisfaire. Et par-dessus tout, on mobilise toute notre vigilance pour ne pas revivre une pareille expérience. La méfiance est là, au quotidien. On est régulièrement sujette à des périodes de mal-être et à des cauchemars qui nous renvoient vers notre bourreau.

Puis vient le temps de culpabiliser d’avoir été assez naïve pour avoir accordé sa confiance à quelqu'un qui ne mérite pas ce titre. Vous voyez, les cicatrices infligées sont marquées au fer rouge !

La clé vers la liberté est de finir par admettre sa douleur, d'admettre que l'on s'est fait floué, que ce n'était pas une relation mais seulement une pièce de théâtre dans laquelle l’actrice devait finir par mourir. Accepter que cette personne est malade, et par dessus tout que c’est un monstre.

Reprendre une vie sentimentale n'est pas facile. Chaque situation, chaque geste nous renvoie vers cette autre vie, ce monstre. On s’est forgé une armure tellement épaisse que plus rien ne passe de l’extérieur (ni même les bonnes choses). L’enlever ? Il faudra du temps, beaucoup de temps…

Le Pervers Narcissique est porteur d’une maladie mortelle… pour l’autre ! Les marques laissées sont indélébiles.

Voir les commentaires

Rédigé par la rage au coeur

Publié le 17 Février 2014

 


Ma plume revient après une très longue absence

L'enfer humain m'avait rejeté avec force et violence

Mais le ciel bleu s’est ouvert sur un avenir meilleur

Les lendemains chantent désormais tous en cœur


 Certains disent que l'écriture ne règle rien

Affirment que cela n'apaise en rien le chagrin

Je viens par ma plume, défendre les beaux mots

Que ces poètes déchus ont donné à nos maux


 La plume est l'arme qui soulage les douleurs

Sous l'émotion intense, écrase avec fureur

Elle reproduit le déchirement de notre petite vie

A travers l’écriture, le mal doucement s’assagit


 La poésie par les lettres nous aide pauvres malheureux
A soulager la violence de la détresse qui nous emporte
Là où on ne veut pas de nous, poussés vers d’autres lieux

Devant tant de stupidité, on ferme de notre cœur la porte


 Ma plume vagabonde, sans se poser une seconde
Ma plume est à nouveau libre de hurler sur les ondes
Ecrire me soulage de tout ce que je n'ose pas dire
Ces mots ici posés, me font vivre et enfin sourire


Ma plume se sent habitée et mon clavier se met à vibrer
Mes mains sont prêtes à décrypter toutes mes pensées
Elles vont donner naissance aux mots et l’écrit libérer
Ce soir mon cœur est inspiré, il a recouvré sa liberté

Sous des termes délicieux j’exprimerai mes vœux

Bercer par le bonheur écrirais des poèmes savoureux

Sans pour autant oublier ce sacré passé malchanceux

Je me lance un défi : faire de ma vie un conte merveilleux


 Le plus beau des trajets est celui qu’on suit avec espoir
Une belle rencontre me dessine au quotidien son chemin

Sa main me guide à travers la nuit en tenant le bougeoir

Il éclaire la voie et me conduis doucement, d’un pas serein


Ma plume vibre d’impatience…


 

 


 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par la rage au coeur

Publié dans #Ecrire

Publié le 20 Juin 2012

amitié1

 

 

L'amitié c'est le terme utilisé pour unir deux personnes qui ne partagent pas le sentiment d'amour charnel. C'est une relation simple, directe et qui ne se satisfait pas du minimum !

 

L'amitié authentique est un trésor de grande valeur qui ne peut absolument pas se trouver au hasard d'un chemin. L'amitié pour moi c'est beau et sacré. C'est un lien ombilical qui lie deux personnes dans la liesse, l'amour, mais aussi dans les difficultés. Rien ne peut détruire l'amitié si elle est basée sur des fondements sains. Un ami (e), doit être une canne sur laquelle s'appuyer quand on est fatiguée, mais qui ne plie pas.

 

L'amitié est quelque chose d'extrêmement profond en ce qui me concerne. Se sentir proche de quelqu'un et partager avec lui certaines choses, une passion, n'en fait pas pour autant un ami. L'amitié n'est possible qu'entre deux personnes humainement riches se complétant l'une et l'autre, partageant leur vie sans s'épargner quoi que ce soit, tout cela étant une évidence pour l'un comme pour l'autre. La confiance et l'amitié, c'est comme un miroir : une fois brisées il est difficile de les restaurer complètement.

 

Deux véritables amis ne supportent pas les faux semblants. Ils se soutiennent et quand l'autre va mal, il est présent, même si ce n'est que pour écouter. Je dirai que l'amitié est gratuite, on ne doit rien en attendre en échange. On ne doit pas s'en servir pour en tirer des avantages. 

 

L'amitié n'existe pas toute faite, c'est à l'usage qu'on l'ajuste par rapport aux affinités des deux. C'est un sentiment profond qui permet la confiance, la fidélité, la complicité. La véritable amitié se révèle souvent dans les moments difficiles. C'est dans les coups durs qu'on reconnaît ses vrais amis.

 

Les vrais amis sont ceux qui :

 

* ne fuient pas lorsque tu as du chagrin car ils n'ont pas peur que cela soit contagieux et encore moins que cela déteigne sur leur joli monde coloré

* ne partent pas quand tu es de mauvaise humeur, mais se démènent pour t'arracher un sourire

* te prennent dans leurs bras pour que tu comprennes que tu es entourée

* insistent pour prendre un peu de ton chagrin, ils acceptent que tu assombrisses un peu leur journée si cela peut éclairer la tienne

* restent quand tu leur dis de te laisser seule, car ils savent quand est-ce que tu dis l'inverse de ce que tu penses vraiment

* te connaissent mieux qu'ils ne se connaissent eux-même et qui préfère être malheureux plutôt que de te voir malheureux

 

L'amitié ce sont deux oreilles qui t'écoutent dans la joie, dans la peine : sans jamais se lasser !

L'amitié ce sont deux yeux qui voient dans ton regard comme dans un miroir !

L'amitié ce sont deux âmes qui se prennent par la main sur le chemin de la vie et même davantage....

Voir les commentaires

Rédigé par la rage au coeur

Publié dans #Amitié

Publié le 17 Juin 2012

PAPA, voilà quatre très belles lettres pour exprimer

Le père merveilleux que tu as été mon papounet

  

P car tu dégageais une telle patience que c'était apaisant

A comme l'immensité de l'amour que tu m'as donné

P comme le partage que tu as appliqué toute ta vie durant

A comme amitié car tu savais merveilleusement écouter

  

Tu m'as montré le chemin sur lequel avance pour grandir

De me fautes, tu m'as appris à tirer les leçons de la vie

quand j'étais perdue, toujours ta main venait m'agripper

 

Tu étais le pilier de ma vie, mon monde sans toi est bancal

Tu n'es plus là pour soigner mes blessures, c'est fatal

Nous aurions dû passer plus de temps ensemble Papa

Ton visage et ta présence me manquent, tu n'es plus là

 

Il y a un mois, la mort a coupé le fil d'Ariane qui nous unissait

Mais ce n'est rien, car ce qui nous unissait est largement plus fort

Tu es là avec mois dans la maison, et cela m'apporte du réconfort

Tu m'as aimé dès ma naissance, moi jusqu'à ma mort je t'aimerai

 

Aujourd'hui c'est la fête des Papa de tout le monde entier

Je ne peux serrer le mien dans mes bras pour lui dire Je t'Aime

Tu portais ton prénom à merveille Papa "Séraphin", une crème

Un ange a rejoint les anges, Papa tu vas terriblement me manquer

 

Les mots de ce poème s'envolent vers toi.....

Je t'Aime mon Papa d'Amour

 

18754195 small

 

Voir les commentaires

Rédigé par la rage au coeur

Publié le 16 Juin 2012

imagesCARSLI1M

 

Séduisants, sympathiques, parfois réservés, ils plaisent par leur côté charmeur et flatteur

Mais très vite leur manque de personnalité créé un malaise, l'illusionniste est en action

Et là, la victime entre dans une spirale infernale de culpabilisation et de dévalorisation

C'est un véritable danger pour votre intégrité physique et mentale, c'est très dévastateur

 

La raison d'être de ces voleurs de rêves ? Vous écraser pour se sentir "eux" supérieurs

C'est des virus, ils distillent le mal auprès de plusieurs victimes sans aucuns scrupules

Femme, enfant, frère, ami, boulanger, voisin... Vous n'êtes qu'un tout petit bidule

Sur lequel ils s'appuient pour se valoriser, se mettre en avant, pour cacher leur froideur

 

On vois un visage glacial, on assiste à des silences prolongés, subit de petites phrases assassines

Rabaissement et humiliation chaque jour, tout en affirmant vouloir de la famille le bonheur

Vu de l'extérieur, ce couple passe pour un modèle, de l'intérieur la vie est loin d'être divine

Ils sont forts pour changer de visage : tyrannique/angélique, docile/odieux, timide/séducteur

 

Ils arrivent à passer d'une facette à une autre en quelques secondes à peine, pure folie

Si vous les contrariez, ils peuvent passer en un éclair de la tristesse à une fureur terrible

Ils ont évidemment des côtés positifs : drôles, originaux, cultivés... comble de l'ironie !

Mais ne vous fiez pas à cet étalage, ce n'est destiné qu'à mieux se rendre digestible

 

Il est très difficile de reconnaître et de sonder ces voleurs de rêves hautement toxiques

Car ils sont tels des caméléons et changent en fonction des gens, ils sont diaboliques

Si vous avez le sentiment de ne plus être libre, que vous n'êtes pas sereine mais stressée

Si vous vous comportez comme une petite fille et plus comme une adulte, alors fuyez

 

Ils vont chercher à capturer les rêves secrets qui sommeillent au plus profond de vous

Chacun de vous en caresse un : se marier, avoir des enfants, avoir une maison pour tous

Le voleur de rêves va vous faire croire que c'est grâce à lui que vous pourrez les réaliser

Tout le long de la relation, il vous tiendra par ces rêves, c'est son atout maître pour vous tuer

 

Ce sont des adultes qui ont strictement les mêmes réactions qu'un petit enfant de 5 ans

Qui aime arracher les pattes des mouches sans réaliser que cela lui fait mal et qui en rient

Ils sont incapables de voir la souffrance de l'autre, ne le respectent pas, ils sont méprisants

Ils vont chercher à satisfaire leurs besoins à ses dépens, inapte à l'amour dans leur vie

 

Des adultes élevés comme des enfants rois, admirés et craints par l'ensemble de leur cour

Pour eux hors de question de changer! Ils sont persuadés qu'ils détiennent la vérité absolue

Jamais de remise en cause ! Ils sont dans un mécanisme de déni effrayant, des vautours

Tout espoir de vie heureuse en couple est vain : vous y perdrez votre âme et c'est voulu

 

Face à ces voleurs de rêves l'attitude a adopter est LA FUITE.....

Voir les commentaires

Rédigé par la rage au coeur

Publié dans #Mal être - tristesse

Publié le 12 Juin 2012

imagesCA4WWFZK

 

A l’appelle de l’Association,  j’apporte ma petite pierre pour qu'enfin cesse ces actes malsains…

Le "il" nommera toutes ces personnes avec ce problème récurent d'égo.

 

Une union d’ ¼ de siècle : chaque jour, sans s’en rendre compte, j’efface la veille, les disputes et les reproches afin de trouver l’énergie pour vivre le lendemain, garder la foi qui m’anime. Je me persuade que c’est une vie normale, que tous les couples vivent des relations houleuses et imparfaites. Je me rassure en me disant que le bonheur comme constante de vie, est une utopie.

 

A force de compassion et de patience, je voulais faire comprendre, que malgré toutes ces mises à l’épreuve, je serais toujours là. Je n’ai pas compris que ce programme, certes vertueux, était bien naïf et carrément virtuel ! Parce que pour moi l’amour c’est la tolérance et le respect de l’autre,  j’acceptais simplement. J’ai juste oublié que j’existais aussi et qu'un peu de réciprocité serait plus qu’équitable.  Et voilà comment on sombre dans le piège, comment seule on se noie dans la vase ! Cette foutue espérance de croire qu’on peut sauver et sécuriser les relations affectives au sein de sa famille : totalement illusoire ?!

 

Tout y passe : se remettre en question, se changer face aux reproches, se rectifier face aux critiques, avaler des mensonges aussi grands que des couleuvres pour apaiser, dédramatiser les situations pour apporter le calme, se convaincre qu’il n’est pas conscient de la portée des mots prononcés, et toujours se marteler l’esprit pour comprendre, puis se résigner à oublier au plus vite et surtout ne jamais garder de rancœur. Je ne me rendais pas compte que tous ces maux se graveraient dans ma chair et me consumeraient à petit feu. Car il faut comprendre que j’étais dans la quête constante et épuisante des raisons de MES failles, celles qui m’interdisaient l’accès au bonheur de l’autre alors qu’en fait ce n’était pas mes failles. Culpabilisation très mal placée, mais à ce moment précis, j’étais aveugle, sous l’emprise.

 

Certaines personnes voudraient que je le cache, le nie, mais cela laisserait entendre que la honte a pris le dessus. Elles souhaiteraient que j’enfouisse le passé, mais il me serait impossible de creuser un trou assez grand pour contenir toute la méchanceté. De plus, cela ne sert à rien de l’enfouir, au contraire, il faut en tirer des leçons de vie et avancer avec.

 

Aujourd’hui, je n’ai plus honte de raconter que j’ai vécu cela, j’ai fini par réaliser et accepter que je sois une victime et je peux vous assurer que le cheminement pour arriver à ça est très très douloureux. J’ai trouvé les réponses à mes questions pour arriver à comprendre. Comprendre que l’acharnement et la violence ne s’adressait pas à moi, que je n’étais pas ce qu’il décrivait, dénigrait et vomissait. J’étais la proie idéale à dépecer de ses valeurs, convictions, honnêteté, et idéal de vie. Je me suis totalement effacée jusqu’à en devenir transparente, à en oublier tous mes désirs et mes rêves !

 

Aujourd’hui, je suis de retour à la civilisation ! Je réapprends à communiquer, j’apprends à dire NON, je fixe des limites. Les limites de l’acceptable avaient été poussées très loin, et face à la réalité faussée, il me faut me réapproprier  la réalité et pour cela reprendre confiance : c’est dur et long.  En fait j’ai l’impression de m’être réveillée après un tremblement de terre et de constater abasourdie que : mon corps est blessé,  la famille dévastée, la confiance en l’autre fissurée, les relations sociales et amicales anéanties...

 

Attention, je ne cherche nullement la compassion « Pauvre petite victime » NON  et je ne me sens pas persécutée non plus. Malheureusement cette réalité comportementale chez certaines personnes existe belle et bien, elle est destructrice, dévastatrice.  Etre  « victime » est un terme difficile à entendre pour moi, un mot terrifiant : mais nécessaire car il m’autorise à baisser ma garde pour être enfin entendue,  reconnue, et sécurisée. Voyez-vous rien que d’écrire ce mot « Victime » provoque au creux de mon ventre un nœud et ma gorge se serre.

 

-       Même si en parler réactive violemment ce passé, c’est un passage nécessaire pour dénoncer ces comportements machiavéliques qui laissent des bleus à l’âme et un cœur délabré.

-       Même si je sais que ces diables sont forts au point d’arriver à se faire plaindre et se faire passer pour LA victime

-       Même si je suis consciente que les gens vont me dirent que je me sens persécutée

-       Même si on va me dire qu’avec mon caractère de battante c’est presque incroyable

-       Même si on essayera de me faire croire que la victime c’est l’autre

-       Même si je reconnais que dans un couple il y a toujours une responsabilité des deux, mais à différents niveaux

-       Même si je réalise qu’en décidant d’en parler je risque de perdre certaines personnes chères à mon cœur qui pourraient en avoir honte

-       Même si je constate que certaines personnes proches me diront que j’ai changée, alors que j’apprends simplement à dire NON

-       Même si je dois perdre certaines personnes, c’est qu’elles ne m’aimaient pas et qu’elles préfèrent rester aveugles elles aussi (je ne critique pas et j’accepte leur choix)

-       Même si je vais entendre « c’est ta version » (bien entendu entièrement d’accord- mais c’est aussi l’unique version de l’autre côté)

-       Même si ceux qui ont vécus les choses avec moi en direct, qui m’avaient dit de réagir et de ne pas me laisser faire, subitement changent leur fusils d’épaule

-       Même si je sais que la reconnaissance de cette souffrance n’arrivera peut-être jamais

-       Même si l’affirmation sera faite  haut et fort que je suis folle, matérialiste, hystérique, calculatrice... et tous les autres noms charmants qui m’ont été colportés (c’est juste pour se faire plaindre, se rassurer et se pardonner d’avoir réagi avec tant de médiocrité !)

-       Même si la justice n’est pas encore au point pour punir ces nouveaux délinquants

-       Même si la police n’est pas encore assez formée pour venir en aide et surtout comprendre ces dérives toxiques

-       Même si de toute manière il réussirait à manipuler police, psy, juge... très fort en persuasion, sourire d'angelot

-       Même si… même si… même si….

        

Je m’oblige à tenir debout, je me force à dire NON à la manipulation, Oui je suis une victime et j’assume complètement de sortir du silence. Je n’en veux à personne, même pas à celui qui. C’est simplement la vie…

 

Tout à reconstruire sur des failles énormes, des blessures béantes et l’impossibilité d’effacer le mal causé autour de nous. C’est difficile et éprouvant quand on a une conscience et un cœur.  Mais tous les matins je continue à ouvrir mes fenêtres pour aérer et laisser  entrer l’air qui sent bon la liberté. 

 

Pour l’heure, je contribue à mon petit niveau, par mon témoignage, à briser le silence et rappeler ainsi que   «  Non, la Loi, ce n’est pas eux! ». J’invite moi aussi toutes les personnes qui subissent ou qui ont subi ces agissements, que ce soit femme ou homme, à sortir de leur silence.

 

Le silence tue !

 

A vous mes ami(e)s, à qui je n’ai jamais rien raconté de tout cela et qui allez être surpris par cette lecture, je demande de ne pas juger et de ne pas laisser de commentaires engagés. Vivre en couple c’est difficile : chacun de nous a un passé personnel, un présent commun. Il n’est pas évident de concilier les 2 ! Donc ni pitié pour moi, ni jugements pour une personne que vous ne connaissez pas, pour ceux qui connaissent abstinence de commentaire.. Bisous la troupe.

 

 

<a href="http://www.refdirect.fr/" target="_blank">test positionnement google</a> - <a href="http://www.djoriental.co/" target="_blank">dj pour mariage algerien</a> - <a href="http://www.dagur58.fr/" target="_blank">ésotérisme</a> - <a href="http://www.robe-dubai.fr/" target="_blank">abaya papillon</a>

 

Voir les commentaires

Publié le 8 Juin 2012

imagesCAKPDRK5

 

La beauté intérieure est d'autant plus belle qu'il serait impossible de vivre avec une personne toute sa vie uniquement avec la beauté extérieure. La beauté extérieure attire, la beauté intérieure captive !  Il est vrai que la beauté extérieure attire le regard, mais à la fin c'est la beauté intérieure qui émeut le coeur.

 

chaque personne a une beauté intérieure naturelle qui, quand elle fait surface, la rend particulière belle et attractive. C'est à travers notre lien aux autres que nous touchons à ce qu'il y a de plus beau en nous. S'il y a un critère de beauté intérieure que je placerais en tête de liste, c'est la capacité d'une personne à partager, à s'assumer et à vivre les choses avec fougue.

 

C'est beau de voir une personne vibrer de passion pour quelqu'un ou quelque chose : un sport, un loisir, l'art, la poésie, l'humanitaire... Les valeurs font parties de cette beauté tant recherchée : l'honnêteté, la générosité, les valeurs familiales, l'ouverture d'esprit, l'amour de la paix...

 

Il ne faut jamais cesser de se questionner sur nos valeurs. Pour cela nous devons, lire discuter avec les gens et surtout apprendre d'eux. Chaque échange doit permettre d'affirmer notre personnalité, nous questionner et nous permettre de nous remettre en question. Et quand nos traits de caractère déplaisent, on se doit d'apprendre à accepter et tenter de se bonifier. On doit apprendre de nos forces, mais aussi de nos faiblesses.

 

La beauté n'est pas dans les vêtements qu'on porte ou sur notre visage ou notre façon de coiffer nos cheveux. La beauté se voit dans nos yeux car c'est la bouche de notre coeur. Pour celui qui sait voir, la beauté du coeur est plus précieuse que la beauté du corps. La beauté intérieure charme l'âme : c'est la tendresse d'une main, la chaleur d'un sourire, la passion et l'amour dans les yeux.

 

L'enveloppe charnelle est éphémère : la beauté intérieure quand à elle est éternelle. La cultiver c'est faire preuve de bon sens !

 

Aucune grâce extérieure n'est complète si la beauté intérieure ne la vivifie.

La beauté de l'âme se répand alors comme une lumière mystérieuse sur la beauté du corps

Victor Hugo

 

Voir les commentaires

Rédigé par la rage au coeur

Publié dans #Espoir